A quoi sert une VMC ?

La ventilation mécanique contrôlée permet de renouveler l’air intérieur, deux à cinq fois plus pollué que l’air extérieur !

N’hésitez pas à faire appel à un artisan électricien pour avoir des renseignements.

Pourquoi faut-il ventiler son habitation ?

Avoir un système de ventilation est une obligation légale pour tout logement construit après 1982.

Pourquoi la ventilation est-elle si importante ?

L’air intérieur est de plus en plus pollué par diverses émanations liées aux produits chimiques ou aux matériaux.

Or, seule une aération efficace permet d’évacuer ces polluants.

En l’absence d’une ventilation efficace, la moisissure risque ainsi de s’installer, dégradant le bâti tout en mettant en danger la santé des habitants. Par ailleurs, on l’ignore souvent, mais une bonne ventilation contribue à une bonne isolation et aux économies de chauffage.

Le principe de fonctionnement de la VMC

 La VMC assure un renouvellement de l’air maîtrisé et constant. Son fonctionnement de base repose sur 4 éléments : un moteur placé dans un caisson, des gaines pour transporter l’air, des grilles de ventilation et des bouches d’extraction.

La ventilation est une obligation légale pour tous les logements construits après 1982. Le moyen le plus courant d’assurer la ventilation est la ventilation mécanique contrôlée.

Fonctionnement de la ventilation mécanique contrôlée

Pour renouveler l’air dans toute la maison, le plus logique est :

  • de l’amener dans les pièces de vie sèches, comme le salon, la chambre ou le bureau,
  • d’évacuer là où se concentrent l’humidité et les mauvaises odeurs, dans la cuisine, la salle de bain ou les WC.

Ce procédé, généralisé depuis 1982, sert de base au fonctionnement de la ventilation mécanique contrôlée 5VMC) centralisée.

La Ventilation Mécanique Contrôlée assure un renouvellement d’air maîtrisé et constant. Le logement est ventilé en permanence, toute l’année, dans toutes les pièces, pour un coût de fonctionnement négligeable.

Quelles possibilités en dehors de la VMC ?

Il est parfois difficile, voire impossible d’installer une VMC dans un logement ancien, trop petit, ou lorsque l’on change l’affectation d’une pièce.

Des solutions s’offrent alors à vous pour vous mettre aux normes :

Les extracteurs

Fonctionnant de façon intermittente ou permanente, l’extracteur permet d’évacuer l’ai humide et pollué ainsi que les odeurs des pièces sans possibilité de renouvellement d’air naturel.

Il peut ainsi remplacer une VMC ou la compléter dans une pièce où elle n’était pas prévue initialement.

La ventilation naturelle

La ventilation naturelle se fait majoritairement par l’intermédiaire de fenêtres et de grilles d’aération. Cette ventilation naturelle possède de véritable atouts, mais elle est souvent insuffisante.

Les autres ventilations naturelles

Il existe d’autres solutions en remplacement de la VMC.

La VMR (ventilation mécanique répartie) est très pratique en rénovation, car si elle fonctionne selon le même principe que la VMC, elle ne nécessite pas le passage de gaines.

La VMP (ventilation mécanique ponctuelle) prend la forme d’aérateurs individuels et intermittents disposés dans un local déterminé et ne fonctionne que pendant la durée d’utilisation du local.

La ventilation mécanique par insufflation reste un système peu répandu en France. Elle fonctionne sur le principe inverse de la VMC : alors que cette dernière extrait l’air vicié du logement, ce système de ventilation insuffle de l’air neuf, mettant ainsi l’habitation en suppression.

Choisir son type de VMC

La VMC simple flux

Il existe deux modèles de VMC simple flux : le modèle classique, autoréglable et un modèle plus perfectionné hydro réglable.

La VMC autoréglabe

La VMC autoréglable est le modèle le plus basique et le moins onéreux.

Le débit d’air est constant et préréglé, sans tenir compte des conditions externes (météo par exemple) ou internes (comme le nombre d’occupants). Ce type de VMC est parfait si votre budget est réduit et votre logement peu humide.

La VMC hydroréglable

La VMC hydroréglable fonctionne selon le même principe que la précédente, mais ajuste le débit d’air extrait en fonction du taux d’humidité qui règle dans la maison, s’adaptant ainsi à votre mode de vie.

Avec à la clé plus de confort et quelques économies de chauffage par rapport à un modèle autoréglable. Moins efficace mais moins chère qu’une VMC double flux, elle est idéale pour les petits budgets et ceux qui ne souhaitent pas se lancer dans de gros travaux.

La VMC double flux

À la différence de la VMC simple flux, la VMC double flux compte non plus un mais deux réseaux de conduits pour renouveler l’air, mais aussi récupérer la chaleur de l’air expulsé. Plus efficace, la VMC double flux se révèle cependant plus onéreuse et doit être régulièrement entretenue.

Certaines peuvent être couplées avec un puits canadien pour en accroître encore les performances. La VMC double flux thermodynamique s’associe quant à elle à une pompe à chaleur, qui capte non plus les calories de l’air extérieur, mais celles contenues dans l’air extrait par la VMC. Attention cependant à son prix élevé et à la complexité de son installation.

Réaliser les travaux

Si vous êtes un bricoleur aguerri, vous pouvez installer vous-même votre VMC pour économiser la main d’œuvre. Tout dépend cependant du système choisi, car une VMC simple flux est bien plus facile à installer qu’une double flux, pour laquelle le recours à un professionnel est fortement recommandé.

Vous vous lancez ? Voici les grandes étapes à connaître. Vous devrez ainsi :

  • commencer par installer le caisson d’extraction dans les combles, puis le relier à la manchette à une extrémité, à la sortie de toit à l’autre ;
  • placer des bouches d’extraction dans les pièces de service, et des entrées d’air dans les menuiseries des fenêtres ;
  • et enfin effectuer le raccordement électrique. Pour un modèle double flux, il vous faudra également prévoir des bouches de soufflage.

Vous bricolez rarement, ou avez choisi un modèle élaboré de VMC double flux ? Vous avez tout intérêt à faire appel à un professionnel. Car une VMC mal posée sera moins efficace, et se révélera source de déperditions d’énergie comme de nuisances sonores. De plus, seul un professionnel vous offre une garantie de bon fonctionnement.

Définir son budget

Le prix d’une VMC peut beaucoup varier entre les types de VMC et selon la taille et la configuration de la maison. Le budget représente donc un point non négligeable à l’étape du choix.

La VMC simple flux est la moins onéreuse. Son prix varie en fonction de différents facteurs : débit d’air extrait, moteur basse consommation, etc. Comptez de 50 € à plus de 400 € pour les modèles hygroréglables.

La VMC double flux fait grimper le budget. Comptez de 400 € à plus de 3 000 € pour les modèles thermodynamiques.

Le coût de l’installation

Le coût de l’installation dépend du type de VMC et de la complexité du chantier (maison à étage par exemple). Il sera également plus élevé en rénovation que dans le neuf. Quoi qu’il en soit, n’hésitez pas à demander plusieurs devis, les tarifs étant susceptibles de varier considérablement d’un professionnel à l’autre.

  • Pour une VMC simple flux autoréglable, comptez à partir de 350 € dans le neuf, 650 € en rénovation.
  • Pour une VMC simple flux hygroréglable, comptez à partir de 650 € dans le neuf, 1 100 € en rénovation.
  • Pour une VMC double flux, comptez à partir de 1 800 € dans le neuf, 3 200 € en rénovation.

Trouvez en 3 CLICKS un artisan de confiance reconnue 100 % Satisfaction de ses propres clients. Mon Pro Certifié vous met toujours en contact avec les meilleurs artisans de la région du Doubs.

 

 

Commentaires

mood_bad
  • Aucun commentaire pour l’instant.
  • chat
    Ajouter un commentaire